Françoise Willemi de Toledo

« Jeûner: la tradition, l'expérience et la documentation scientifique de l'école Buchinger-Wilhelmi »

Par Françoise Wilhelmi de Toledo, médecin nutritionniste.

La capacité physiologique de jeûner est nécessaire pour survivre sur la planète Terre, soumise à la discontinuité saisonnière de disponibilité de la nourriture. Le métabolisme change de programme et passe à la nutrition branchée sur les réserves intracorporelles, essentiellement de graisse. Une cascade de réactions d’adaptation suit l’arrêt de la prise d’aliments entraînant l’activation de voies génétiques différentes de celles activées en temps de nutrition per os. Interviennent une mise au repos du tube digestif,  une activation de l’autophagie et d’effets réparateurs, une régénération cellulaire, notamment, tant en thérapie que dans un but préventif. Dans un contexte médicalisé, le jeûne et la restriction calorique permettent d’améliorer les maladies métaboliques et chroniques inflammatoires ainsi que vraisemblablement de repousser le vieillissement. Pour permettre à la pratique du jeûne de déployer ses pleins effets, l’accompagnement professionnel et la méthodologie sont importants. A la dimension thérapeutique s’associent les dimensions communautaires (avec la dynamique de groupe)  et la dimension spirituelle.

Françoise Wilhelmi de Toledo a entrepris sa première expérience de jeûne à l’âge de 18 ans et depuis, elle jeûne chaque année. Après ses études de médecine à Genève et son doctorat à Bâle, elle poursuit sa formation en Suisse et en Allemagne et rencontre le petit-fils du Dr Otto Buchinger. En tant que 3e génération de l’entreprise familiale Buchinger Wilhelmi, ils mettent leurs connaissances et leur expérience à la disposition de ceux et celles qui désirent participer activement à leur propre santé. Elle est médecin et directrice médicale des cliniques Buchinger Wilhelmi à Überlingen (Allemagne) et Marbella (Espagne) où l’on pratique le jeûne dans une ambiance hôtelière médicalisée.